Le forum de la guilde du Kheir des Sombres Iskhys, sur The Old Republic (serveur : Méditation de Combat).
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur le Forum ! De la Guilde PVE-PVP-RP, KSI . Pensez à vous présenter !

Partagez | 
 

 L'assassin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: L'assassin   Jeu 15 Mar 2012 - 0:21

Un long et étroit couloir, décoré de statues menaçantes et de bannières rouges. Un ensemble pensé pour intimider et mettre mal à l'aise les visiteurs. Pour les mettre dans des conditions favorables pour que le Cercle Noir en tire ce qu'ils veulent. Est-ce qu'ils me font peur? De quoi aurais-je peur? Je suis un Sith! Je le suis même plus que la plus grosse partie de ceux qui se disent des impériaux! Mais ils vont apprendre! Et quand ils comprendront, il sera trop tard.

Devant moi marche un jeune homme en tenue d'apprenti. Ses longs cheveux noirs cachent une partie de son visage. Deux sabres lasers pendent à sa ceinture. Un maraudeur. Mais il manque un petit quelque chose à ce Phobias. Je viens de rencontrer ses maîtres, dont celui qui s'occupe personnellement de lui. Et il ne cherche pas à me provoquer avec un duel de préséances. Du moins pas assez à mon goût. Symptomatique de ce qu'est l'Empire et les Sith qu'il a engendré.

Ils se font appeler le Kheir des Sombres Iskhys. Une cabale Sith peu attachée à la hiérarchie actuelle de l'Empire. Malheureusement, il reste leur fidélité à l'Empereur. Un problème à régler en temps et en heure. Toute chose vient à point à qui sait attendre. Il suffira de les balancer dans la bonne direction quand l'opportunité se présentera. Mais ce genre de choses doit se préparer. Laisser un tel affrontement à la merci du hasard est trop dangereux.

J'ai rencontré les chefs du Kheir. Je leur ai parlé et leur ai proposé de rejoindre leurs rangs. S'imaginent-ils avoir affaire à un nouveau bon petit soldat? Non, certainement pas. Ils ne peuvent pas avoir atteint une telle situation en étant aussi naïfs. Le Côté Obscur se nourrit de la trahison, et ils ont dû y faire appel pour triompher de leurs maîtres et atteindre leur statut actuel. Ils doivent se douter que j'ai des ambitions. Mais lesquelles? Ils ne peuvent pas enquêter trop ouvertement sur moi. Et tant que je leur obéis et travaille à leurs intérêts officiels ils n'ont aucune raison de se plaindre.

Le bout du couloir est enfin visible. Et la sortie du bâtiment. J'accélère le pas pour laisser ce Phobias sur place, sans même le regarder une dernière fois. Bientôt, je vais rejoindre la station de taxi la plus proche. Destination le spatioport et mon intercepteur fureur. Là où le Cercle Noir ne peut pas enquêter sur moi. Là où je suis en sécurité. Là où je pourrai préparer mes prochains plans.

Il y a encore bien des choses à faire. Ce n'est pas en claquant des doigts que l'on peut facilement changer les choses d'une telle importance. Retourner le Kheir. Renverser le cours de la guerre. Déstabiliser l'Empire. Infléchir le cours de l'Histoire. Et empêcher que la galaxie devienne comme dans les rêves de l'Empereur. Une dure tâche. Mais il est hors de question d'échouer.

Je m'appelle Saan Verru. Mais ce nom est celui d'un homme mort depuis plusieurs siècles. Désormais, on me connait sous le nom de Finris, seigneur Sith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Dim 1 Avr 2012 - 13:01

Devant moi flotte un buste transparent. De l'autre côté, je peux voir l'intérieur du Lerne. Tout est calme à bord de mon intercepteur Fureur, silencieux à l'exception de ce droïd de protocole qui déblatère continuellement. Arrakel et Xarius l'ont vérifié à plusieurs reprises, n'y trouvant aucun système d'espionnage mais aucun moyen non plus de le désactiver. Qu'importe. Son babillage incessant est irritant, contribue à ma colère, me renforce.

Devant moi flotte donc un buste transparent, bleuté. Les lourdes épaulières mécaniques donnent l'impression d'avoir affaire à un cyborg. Ce serait trompeur de le croire. Aucun massassi n'accepterait de descendre à une telle bassesse. Qu'ils croient. Dans l'Empire, ils préfèrent se faire appeler des Sang pur. Ils représentent tout ce que je déteste. Pas au niveau racial. Mais en s'autoproclamant l'élite des Sith, alors que nous n'avons pas du tout la même interprétation de ce que doit être un Sith, ils se classent donc dans le haut du panier des cibles à éliminer sur mon chemin.

Celui-ci se fait appeler Dark Morach. Qu'a-t-il fait pour attirer mon attention? Bien des choses. Il ne doit pas savoir qui je suis, que j'existe. Il est tellement plus haut que moi dans la hiérarchie impériale... Il est assez élevé pour diriger une flotte militaire, avec tout un secteur à contrôler en conséquence. C'est ce secteur qui m'intéresse. Il doit gérer la présence de plusieurs bandes de pirates, qui ne sont pas forcément toutes pro-Sith. Il se trouve que je suis en affaires avec certaines d'entre elles, en négociation avec d'autres... La disparition de Morach leur laisserait plus de latitude. Il serait évidemment remplacé, et ce dès le premier trouble qui suivrait. Mais qui aurait assez d'influence et de pouvoir pour remporter la mise? Personne, il y aurait un morcellement de son territoire, envers plusieurs chefs au moyens plus limités. Et là entre en scène le KSI: ils ont les moyens de s'emparer du plus gros du gâteau. A moi de jongler entre mes alliés pour définir une zone d'influence derrière laquelle me cacher.

Les avantages de l'élimination de Dark Morach sont donc définis. Les inconvénients minimes: les Sith fonctionnent selon un système qui favorise le meurtre tant que l'on ne se fait pas prendre. Reste à définir un plan d'action et passer à l'acte.

- Maitre? Vous avez un appel.

J'ignore le droid, mais j'éteins ma console avant de me diriger vers le holocommunicateur. Mon interlocuteur est un humain, blond, cheveux courts, enveloppé dans un manteau passe-partout. Xarius est un ancien tireur d'élite des services secrets impériaux. Il a démissionné dégoûté de l'ingérence des Sith dans leurs travaux. Arrakel me l'a présenté. Il croit que je veux seulement séparer les Sith de l'Empire. Il ne comprend pas jusqu'où je suis prêt à aller dans les dégâts collatéraux. Et il vaut mieux pour tous les deux qu'il ne le découvre jamais. J'attends donc son rapport.

- J'ai les informations que vous m'avez demandé. Toutes les informations...

Parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Lun 9 Avr 2012 - 0:11

Peu de gens savent que Xarius travaillent pour moi. Les membres de son réseau pensent être des indépendants et avoir affaire à des clients différents, qui ne trainent qu'avec leur chef. Peut-être est-ce le cas, mais nous avons dans notre accord une clause d'exclusivité qui me ferait alors passer avant tous les autres. Pendant ce temps, les soldats et les Sith sous mes ordres, quand ils s'interrogent sur mes sources s'attendent à des éléments classiques. Xarius ne les dément pas puisqu'il a conservé son ancien uniforme pour se glisser dans les bâtiment officiels si nécessaires. Seul Arrakel est capable de faire le lien et de récupérer toutes les informations. C'est normal, c'est lui qui me l'a présenté. Mais il n'a aucune raison de se mêler de cette histoire, il a dû se rendre auprès de son clan pour quelque affaire mandalorienne. Donc ce que me transmet Xarius ne tombe que dans mes seules oreilles.

Mon maître espion a installé son quartier-général sur Nar Shadda, la lune des contrebandiers. Au coeur du territoire Hutt, là où tout se vend et tout peut être acheté, y compris et surtout les secrets. S'il y a quelque chose de secret qui a échappé à son propriétaire et qui peut intéresser quelqu'un, il sera tôt ou tard sur le marché de Nar Shadda. Et comme on sombre dans l'illégalité la plus totale, si on sait s'y prendre il n'est même pas besoin de payer pour obtenir ces renseignements. Xarius est doué, il sait s'y prendre.

Comme tout un chacun, Dark Morach a ses défauts et ses faiblesses. Il y a forcément un moyen de l'atteindre. Xarius a trouvé quelque chose de très intéressant. Il n'est pas le premier Sith dont les besoin de domination dépassent le cadre professionnel, laissant derrière lui des cadavres de proches. C'est même assez fréquent. Mais sur Dromund Kaas, il ne faut pas trop abuser de ce genre de "perversité". Le scandale sur la mauvaise personne peut affaiblir. Et un Sith qui apparait faible sera aussitôt éliminé par le reste de la meute. Morach a trouvé une alternative. Il a trouvé un lupanar sur Nar Shadda, où tout s'achète et tout se vend. En payant le prix, ses intermédiaires lui achètent des esclaves, les lui fournissent et les préparent. Et lorsqu'il a fini avec elles, ils se débarrassent des corps. Nar Shadda est loin d'être un paradis, la plupart des gens détournent la tête et ne regardent pas ce genre de choses, préférant se concentrer sur leur propre misère.

Ce qu'a appris Xarius est parfait pour faire passer un message. Mais je ne peux pas lui demander de le faire passer pour moi. Il n'a aucun problème pour tuer des gens, mais faire souffrir gratuitement des innocents le révulse. On travaille avec que l'on a. Je ne veux pas non plus avoir affaire à des bouchers qui privilégient les massacres à l'efficacité.

Et comme je ne peux faire confiance à personne d'autre en cette circonstance, c'est donc moi qui me retrouve à marcher dans les rues de Nar Shadda en direction de ce fameux lupanar. Morach est arrivé sur la planète en même temps que moi, ça n'aurait pas eu d'intérêt sinon. Mais j'ai chargé Xarius de lui arranger quelques distractions qui lui feront perdre du temps. Je fait appel à un sortilège de Force pour me rendre invisible. Je passe sous le nez des gorilles gamorréens sans même qu'ils me reniflent. Une piratage informatique a suffi pour me fournir un plan. Je sais vers quelle chambre me diriger.

Elle sursaute quand la porte s'ouvre toute seule. A la voir ainsi dévêtue et maquillée, on ne croirait pas que c'est une esclave prostituée et condamnée à une mort prochaine. Elle entend mon sabre laser s'activer, mais ne comprend pas. Je l'immobilise par la Force pour qu'elle ne puisse pas crier. Et je frappe. Un coup suffit pour la tuer. Je continuerai une fois qu'elle ne sentira plus rien. Je suis peut-être totalement dévoué au Côté Obscur, mais il est inutile de faire trop durer. Mon message passera tout aussi bien si je m'acharne sur un cadavre. Morach ne pratiquera pas une autopsie pour faire confirmer la cause de la mort, et les employés du lupanar croiront que c'est lui qui est responsable.

Je quitte le bâtiment par une fenêtre. Je n'ai pas envie de recroiser la faune de l'entrée, que je peux d'ailleurs observer de là où je suis. Je vois aussi s'approcher la silhouette qui se croit discrète avec un manteau par-dessus son armure noire. Il est temps de s'en aller maintenant. Dark Morach va bientôt découvrir mon message. Qu'il se demande maintenant d'où viendra le prochain coup. Parce qu'il viendra. Il vient toujours. Nous sommes des Sith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Jeu 12 Avr 2012 - 0:01

Xarius est quelqu'un de précieux. Il n'a besoin que d'une équipe réduite pour fonctionner sur plusieurs plans. Comme par exemple retarder Dark Morach suffisamment longtemps, mais aussi placer un dispositif espion sur son vaisseau en un endroit difficile à atteindre dans la même heure. Je n'ai pas besoin de rester plus longtemps sur Nar Shadda.

Xarius me regarde au travers de lunettes fumées. Nos méthodes sont différentes, mais nous avons des buts communs. Il est suffisamment professionnel pour vouloir ne pas montrer sa désapprobation. Mais se cacher une partie du visage est une solution grossière, facile à déchiffrer. Qu'importe. Je sais comment le manœuvrer et comment l'utiliser sans que cela me retombe dessus. Je peux faire avec.

L'autre silhouette qui flotte, transparente, au dessus du communicateur est enveloppée dans une armure complète mandalorienne. Les bras croisés nonchalamment devant sa poitrine, deux blasters et plusieurs grenades pendent à sa ceinture. Lui-aussi cache son visage, ses brûlures et sa prothèse cybernétique. Mais pour Arrakel, la raison importe peu. Elle doit être liée à sa situation de l'autre côté. Rien qui ne me concerne. S'il connaissait la situation, il aurait eu autant de répugnance que Xarius. Mais lui est plus convaincu de faire certaines choses déplaisantes. Il est d'accord pour envoyer un signal fort à Dark Morach. Et s'il ne l'est pas... Je ne leur ai jamais montré mon visage non plus.

- Le mouchard fonctionne bien. Vous l'avez suffisamment énervé pour qu'il ne fasse aucune vérification avant de décoller.

- Vous m'aviez assuré que ce ne serait pas repérable.

- Il y a un brouilleur de fréquence pour les analyses classiques. Et des protocoles impériaux pour dérouter les plus poussés. Mais je ne peux rien faire contre la Force.

- La Force, c'est votre problème.

- Nous pouvons donc le suivre à la trace.

- Oui. Vous savez qu'il a détruit le bordel? Il l'a fait brûler.

Je ne réponds rien. La question ne m'intéresse pas. Arrakel finit par briser un silence qui pourrait finir par s'avérer gênant.

- Un bâtiment sur Nar Shadda? Il sera transformé ou même récupéré comme squat dès que les cendres seront froides! Ce n'est pas ce qui manque sur cette lune! Doit-on vraiment perdre notre temps là-dessus?

- Non, c'est inutile. Je pars demain pour Tatooine. Je dois retrouver notre républicain et lui abandonner nos données sensibles. La dernière fois, leur temps de réaction a été très rapide. Nos ennemis devraient bientôt avoir une mauvaise surprise. Dois-je vous recontacter ensuite? Ou votre traque...

- Je serai sur Dromund Kaas. Si jamais je devais partir, même si c'est probable, 2V-R8 enregistrera le message.

Xarius a un moment d'hésitation. Puis il effectue un salut d'origine militaire. Et il disparait, laissant l'hologramme d'Arrakel seul. Le mandalorien décroise alors ses bras.

- Dromund Kaas? Je pensais que vous voudriez éliminer rapidement ce Dark Morach.

- Ce serait préférable. Autrefois, c'est ce que j'aurais fait. Il n'aurait jamais quitté Nar Shadda en vie. Mais c'était avant que j'aie à me soucier de considérations politiques. Je ne veux pas simplement le tuer. Je veux détruire son influence et créer un trou à remplir. J'aurai besoin que tu me rejoignes sur Dromund Kaas le plus vite possible.

- J'ai terminé mes affaires ici. Je serai de retour en même temps que vous à peu près. Ce Dark Morach va souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Dim 15 Avr 2012 - 15:26

Nar Shadda et Dromund Kaas sont toutes les deux réputées pour leurs villes. Mais il n'y a aucune comparaison possible entre elles. La lune des contrebandiers est entièrement recouverte de bâtiments, qui s'élèvent sur plusieurs centaines et milliers d'étages, plusieurs niveaux. Et même des vaisseaux géants dans les airs qui servent de casinos. Kaas City, la capitale de l'Empire, ne s'étend que sur une petite partie de Dromund Kaas. Le reste est recouvert par la jungle, avec quelques infrastructures ici et là pour des seigneurs Sith qui souhaitent travailler dans leurs coins. Le plus impressionnant des bâtiments, devant la pyramide du Temple Noir, s'appelle la Citadelle. C'est un ensemble qui regroupe les appartements des personnalités les plus importantes de l'Empire, le quartier général des services secrets et depuis quelques années une enclave mandalorienne. La seule station en orbite et le palais de l'Empereur, qu'un dispositif rend invisible. Une planète bien plus réduite en population. Mais aussi beaucoup plus élitiste.

Le Kheir des Sombres Iskhys a son quartier général dans l'enceinte de Kaas City. Ce n'est pas la Citadelle, mais cela m'arrange. Je n'aime pas me promener dans ce nid d'arrogants ignorants de la notion d'efficacité. Evidemment, cela s'accompagne aussi de quelques problèmes. Les gardes du quartier n'ont pas l'habitude de voir trainer des mandaloriens et risquent d'être nerveux. Arrakel saura se débrouiller, je ne peux pas encore l'emmener à l'intérieur du bâtiment. Je n'ai pas un rang assez élevé pour imposer mes serviteurs.

Et quand je ressors, je n'ai effectivement aucun mort à déplorer. Arrakel attend patiemment, les mains loin des poignées de ses blasters. Une position en apparence pacifique, mais il n'a besoin que d'une torsion du poignet pour activer son lance-flammes ou ses missiles. Il n'aime pas les utiliser inutilement, mais un mandalorien n'est jamais totalement désarmé et pacifique. Je m'assoie sur les marches à proximité de l'endroit où il est installé. Je me sens fatigué, ce qui n'est pas très fréquent. Je me sens vieux. Peu de caméra, peu de micro potentiels. Et les passants font un écart. Nous pourrons parler tranquillement.

- Alors? Vous avez obtenu des résultats?

- L'idée fait son chemin. Je ne peux plus que la laisser courir. Mais si elle ne va pas plus loin, alors c'est qu'ils ne me serviront à rien. Mais s'ils sont des Sith, ils réagiront. A moi donc d'agir comme s'ils étaient de vrai Sith.

- C'est votre plan, à vous de voir... Mais quelle est la prochaine étape?

- Morach a forcément des alliés. Pour l'éliminer, il faut l'affaiblir. Le séparer de ces alliés. La prochaine étape est d'identifier ces alliés et de les détacher de lui.

- C'est une recherche pour laquelle Xarius aurait été utile.

- C'est une recherche pour laquelle Xarius a déjà été utile. Mais l a d'autres tâches à effectuer. Et il va falloir recouper ses informations avant de bien les utiliser. Alors au travail!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Jeu 19 Avr 2012 - 23:09

Oboros le rattakati est un marchand de Dromund Kaas pour qui rien ne compte plus que les crédits qu'il peut gagner. A n'importe quel prix. En conséquence, il déteste tous ceux susceptibles de lui en prendre une partie. A commencer par ceux qui sont au dessus de lui dans la hiérarchie sociale, principalement les Sith qui se croient tout puissants. Je ne connais pas grand-monde détestant cette engeance aussi fort que moi. Il ne reste dans l'Empire que parce que les lois sont plus larges à ce niveau que la République, lui permettant de tremper dans plus d'affaires moralement douteuses. Extrêmement méfiant, il y a peu de personnes dont il ne remet pas en cause les informations qu'on lui apporte, ne les fait pas vérifier. Sur cette petite poignée, il y a un ancien agent impérial prénommé Xarius. Oboros est un pion que je peux manipuler avec facilité comme s'il travaillait pour moi.

C'est amusant de le regarder s'agiter sur la place du marché, faisant de grands gestes pour appuyer ses propos avec ses camarades plus ou moins influents dans leur domaine. A travers lui, je jette un pavé dans les milieux intermédiaires de Kaas City. Cela devrait remonter, jusqu'à des oreilles plus intéressantes. Ce n'est bien sûr qu'une rumeur, qu'Arrakel et moi avons inventé de toutes pièces. Aucun fondement à découvrir si l'on creuse un peu. Mais personne ne creusera, pas quand une certaine distance rend ces recherches onéreuses. Certains comprendront qu'il s'agit simplement d'une manœuvre grossière, un petit jeu de coulisses dans un duel entre Sith rivaux. Quelque chose de tellement fréquent qu'ils ne lèveront pas le petit doigt dans un sens ou dans l'autre. D'autres se diront même que c'est trop gros pour ne pas se baser sur un fond de vérité et se méfieront encore plus. Et la rumeur pourra continuer à faire son travail, entrainant de nombreux regards méfiants dans la direction de Dark Morach.

Arrakel était appuyé au mur, derrière moi. Il avance d'un pas et vient se pencher à côté de moi, sur la rambarde dominant la place du marché. Nous regardons tous les deux dans la même direction.

- Ces "recherches" illégales de Dark Morach... Cela ne suffira pas. Oboros peut faire tout le bruit qu'il veut, il ne brasse que du vent.

- Suffisamment de personnes l'écoutent pour que cela fasse un point de départ. Arrive la suite. Tu as contacté ton assassin mandalorien?

- Je lui ai remis ses cibles. Utilisé un brouilleur qui renvoie dans la partie de la citadelle utilisée par Morach. Et j'ai laissé des traces d'un passage après qu'il soit parti pour qu'il ait des raisons de chercher à en savoir plus. Ce serait pourtant plus simple de frapper directement Morach.

- En effet.

- Alors pourquoi?

- S'il suffisait de le tuer, je l'aurais déjà fait moi-même. Mais Morach n'est pas une cible. Seulement un moyen. Chaque chose en son temps et à sa place.

- Si vous le dites...

- Ne t'inquiète pas, Arrakel. Tu auras bientôt l'occasion de faire chauffer tes blasters. Les intermédiaires sont pratiques, mais il y a certaines choses que nous ne pourrons faire que nous-mêmes. Et après le coup de grâce.

- Plus tôt ce sera fait...

- Non. Ce sera fait au bon moment, quand tout sera bien en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Mar 8 Mai 2012 - 0:13

Dans tout plan, il y a des imprévus. Cela s'appelle la vie. C'est comment on gère ces surprises qui montre de quel bois on est fait. Mais je dois avouer que je ne m'attendais pas à croiser Dark Morach à un détour de la citadelle. Et quand je dis croiser, je ne veux pas dire qu'il m'est passé devant. Non, il est venu droit sur moi pour me parler. Sur le moment, je me suis demandé où j'avais pu faire une erreur, par où il avait pu me démasquer? Mais j'ai toujours pris mes précautions. Ses doutes peuvent reposer sur des intuitions, mais il n'a aucune preuve. Quoi que soit ce qu'il veut, à moi de ne lui en donner aucune.

- Êtes-vous bien le nommé Finris?

Non, ce n'est pas nom. Mais pour toi et toutes les saletés d'impériaux peuplant cette planète, ce sera bien suffisant.

- Et bien, répondez!

- Pardonnez-moi, je cherche à savoir ce que vous pourriez me vouloir. Pour agir en conséquence.

- Auriez-vous peur?

- Je suis simplement prudent. Je ne voudrais pas trancher votre main simplement parce que vous me la tendez.

Oh, qu'il est agréable de voir son sourire arrogant se transformer en grimace. Mais il reprend rapidement une attitude supérieure. Il ne croit pas un instant qu'un vieillard insignifiant comme moi soit capable de mettre une telle menace à exécution.

- On m'a dirigé vers vous. On m'a dit que vous pourriez m'aider à régler une certaine affaire. Mais en êtes-vous capable? J'en doute fortement.

Pauvre idiot, tu ne sais même pas à qui tu parles.

- Cela dépend de quel genre d'affaire il s'agit. J'ai rendu différents services à mon maître quand j'étais encore apprenti.

Enfin, apprenti, c'est ce que tous croient.

- Sans doute un de ses anciens associés l'aura entendu vanter mes mérites.

- Quelqu'un s'est amusé à me menacer dernièrement.

- Vraiment? Vous voulez que je découvre qui?

Ce serait vraiment trop drôle.

- Inutile. Il viendra et découvrira que je suis un morceau trop gros pour lui. Il se cassera les dents sur mon sabre laser, et je lui briserai tout le reste. Il ne mérite pas que je parte le chercher.

Sale arrogant!

- Néanmoins, cette affaire ne peut pas être laissée impunie de manière trop visible. Pour cela, je dois donner certains ordres, à des personnes que je ne peux pas rencontrer en personne.

Un courrier? Tu me prends pour un courrier, sale mynock à peau rouge?

- Je vois. Je comprends.

Et même plus que tu ne le penses. Pourquoi est-ce que tu ferais appel à quelqu'un d'extérieur à tes propres forces? C'est louche, et tu ne sais même pas à quel point tu le trahis.

- Transmettez-moi votre proposition. Je verrai si j'aurai le temps de m'en occuper.

C'est maintenant le moment le plus délicat. Il serait tentant de suivre les représailles qu'il projette. Mais s'il arrivait quoi que ce soit à ses associés, il serait facile de remonter jusqu'à moi. Le jeu n'en vaut pas la chandelle. Je peux m'en passer. En fait, ça rendra même les choses plus intéressantes.

- Je veux une réponse tout de suite?

- Ah bon? Vous êtes assez important pour pouvoir décider que toutes mes affaires en cours n'ont pas d'importance? Méfiez-vous, avec une telle arrogance, vous pourriez laisser des ouvertures à votre ou vos assassins.

Il est encore bien trop confiant. Il va falloir augmenter la pression pour le pousser à faire des erreurs. Mais j'ai ce qu'il faut dans ma manche. Dark Morach n'a pas encore tout vu se retourner contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Sam 23 Juin 2012 - 21:56

Dans l'Empire, les Sith s'occupent fréquemment de plusieurs apprentis au même moment. L'inverse des Jedi qui préfèrent se concentrer sur une relation unique. J'ai tendance à préférer ce qui se fait dans la République sur ce point. Autrefois, un très puissant seigneur Sith, le seul que je reconnaitrai jamais comme mon seigneur et maître, m'a dit que le plus grand risque pour le Seigneur Sith est que ses subordonnés s'allient contre lui. Ils le déferaient sans avoir prouvés leur Force et donc qu'ils seraient digne du pouvoir dont ils s'empareraient. Je suis d'accord avec lui, même si j'ai peur que sa sagesse mette du temps à être approuvée par le reste des Sith. Suffisamment pour mettre l'Ordre du Côté Obscur en péril. Avoir plusieurs apprentis est un symbole de pouvoir, mais ce n'est qu'une apparence. Quelqu'un de réellement puissant doit voir au travers des apparences. Une seule apprentie me suffit, et Shard'estar remplit très bien ce rôle.

Dark Morach, lui, a trois apprentis. Trois arrogants gamins de haute noblesse, qui croient que la qualité de leur naissance est suffisante pour justifier leur pouvoir. Leur maître est identique. Il les a choisi à son modèle, et les façonne tous les jours comme lui. Tout aussi incapables. Tout aussi arrogants. Tout aussi condamnés à mourir à court terme.

Le premier aime se débaucher dans les cantinas de Dromund Kaas. Il ne se mêle pas à la populace du salon principal, indigne de son rang. Non, il va aux étages supérieurs réservés à la noblesse. Même certains Sith n'ont pas droit à y entrer. Ce qui s'y passe serait capable de choquer quelques ignorants et non citoyens. Et même certains blasés. A moitié soûls, ces jeunes dépravés ne font presque plus attention à ce qui les entoure. Et s'ils bousculent un mercenaire mandalorien qui attend le couloir, ils sont trop anesthésiés pour ressentir la piqure d'une pointe traversant un défaut de leur armure jusqu'à leurs chairs. Et Arrakel a largement le temps de s'éclipser avant que le poison ne commence à faire effet, provoquant les premières nausées. Ce n'est pas mortel. Il suffit de faire appel à la Force pour nettoyer tout cela. Mais lors d'une telle soirée, après qu'il ait eu le temps de bien se diffuser dans le sang, ce n'est plus aussi facile.

Evidemment qu'un commerce comme celui-ci a un service de sécurité. Il faut qu'il y ait des bâtiments hors-limites, où l'on puisse se reposer sans se soucier des complots en cours. Mais pour un Sith motivé, ces restrictions sont ridicules. Et les failles de la sécurité sont faciles à identifier et exploiter. La meilleure barrière, c'est de faire croire qu'elle doit être infranchissable. Mais dès que l'on sait que c'est faux, on repousse le tout comme d'un revers de la main. L'apprenti se rue vers les toilettes pour vomir, je l'y suis. La Force me rend invisible, personne ne me remarque. Personne ne soupçonne que je pourrais être là. Et même en intérieur, seule l'activation de mon sabre laser fait réagir ma cible. Mais il est trop tard. Je n'ai besoin de frapper qu'une seule fois. Attaquer un gosse stupide sans défense n'a rien de glorieux. Mais je ne fais pas ça pour la gloire. Ce n'est qu'une étape, et je suis efficace. Mes lames frappent une deuxième fois. Je m'enveloppe de nouveau dans la Force et je repars, abandonnant la tête décapitée du cadavre dans la cuvette. Mort humiliante pour l'apprentie, qui ne manquera pas de rejaillir sur son maître.

Le second apprenti aime trainer dans les ruelles mal famées en roulant des mécaniques. Il croit que c'est une belle démonstration de puissance. Et que si on ne vient pas le défier, c'est une preuve qu'il est impressionnant. Pas que ceux qu'il croisent restent complètement indifférents. Son trajet est presque toujours le même, passant sans le savoir non loin de la cantina de son acolyte. Un passage désert, une chute pas très haute. Je saute et active mon double-lame dans les airs. J'utilise son dos pour amortir ma chute, mais je n'ai pas la place pour le frapper directement. Il me faut m'écarter et me repositionner, lui laissant le temps de se reprendre. Je lui lance un éclair, mais il ne contre avec son propre sabre laser dégainé juste à temps.

- Qui?

- Chut!

Nouveaux éclairs, renforcés cette fois-ci. J'y mets les deux mains. La pression est beaucoup plus importante. Il échoue à tout encaisser. Seul le mur l'arrête. J'avance pour l'achever, mais il roule sur le côté au dernier moment. Il veut me frapper, mais nous sommes beaucoup trop proches. Il me repousse avec la Force. Bondit pour m'enchainer, prendre l'ascendant. Et s'empale sur la lame rouge que je tend devant moi. Cet idiot est fini, comme l'autre.

- Comment?

Je ne lui fais même pas la faveur de répondre. Je lui tranche la jugulaire et les cordes vocales d'un seul coup.

Contrairement aux deux précédents, le troisième apprenti n'est pas un sang pur mais un zabrak. Il n'est pas non plus dans l'enceinte de Kaas City. Il préfère aller faire de grandes parties de chasse dans la jungle. Je ne cours à sa poursuite, ce n'est pas nécessaire. Quand le lendemain, Arrakel me rejoint, je ne lui pose pas de question. Ce n'est pas nécessaire. Je sais que le travail a été bien fait.

Plus tard dans la journée, la rumeur de la mort des trois apprentis de Dark Morach en une seule et même nuit est vite remplacée. Leur maître est parti au spatioport et a quitté la planète. Se sentant menacé, il est parti se mettre à l'abri. La traque commence. Le dernier acte va bientôt pouvoir se jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Dim 1 Juil 2012 - 23:03

Le dispositif espion que Xarius et son équipe ont accroché sur le vaisseau de Dark Morach est encore activé. Tant mieux, il sera nécessaire pour le retrouver. Et pour l'immobiliser aussi. Il n'y a pas qu'une balise dessus. Il est branché sur les systèmes d'hyperpropulsion. Si jamais il atteint sa flotte, ses soldats et ses gardes du corps, ce que j'ai fait n'aura servi à rien. Caché derrière une armée, je ne pourrai plus l'atteindre. Du moins par comme je le souhaiterais. Et la manière compte plus que les résultats. Dès que je suis à bord de mon propre vaisseau fureur, j'active le coupe-moteurs. Et ce avant-même de regarder dans quel secteur il s'est dirigé.

Lorsque j'arrive dans le système, le fureur de Morach n'est pas en vue. La balise annonce qu'il est sur la planète. Un monde forestier, dont je ne connais pas le nom. Et je m'en moque, il n'y a pas de garnison impériale dans ce secteur. Il s'est posé dans une grande clairière. Il peut voir venir l'assaillant qui ne manquera pas. Il le sait. Quelques gardes du corps l'entourent. Je préfère aller me poser un peu plus loin, et finir le trajet à pied.

Dès que nous entrons dans la clairière, Arrakel active son réacteur dorsal et s'envole. Un blaster dans chaque main, il vise les soldats en armure noire et les écarte de leur protégé. Il égalise les chance pour mon combat avec ce guerrier Sith, et sa mobilité aérienne lui permet de pas faire jouer le nombre chez ses adversaires. Moi j'avance vers Dark Morach, ne le quittant pas des yeux. Il a son sabre laser dans une main et le dispositif espion dans l'autre. Il l'a enfin trouvé et décroché. Il ne broie en me reconnaissant.

- Vous! Comment? Y a-t-il quelqu'un derrière vous?

Je ne réponds pas. Je me contacte d'activer mes des lames et concentre le côté Obscur en moi. Il est surpris, il ne comprend pas. Lui, la rage se contente de lui déformer le visage.

- Tu es trop insignifiant pour m'abattre! Qu'espères-tu?

Je frappe haut, directement vers le visage. J'aurais pu le tuer, s'il n'avait pas réagi au dernier moment. J'aurais été le premier surpris si j'avais réussi. Il est tout de même bien meilleur que ça. Ce n'est pas parce qu'il est surpris qu'il ne va pas se reprendre. Mais j'ai l'initiative, l'offensive. Je le fais reculer. Je suis mobile en toute circonstances, lui n'arrive pas à trouver d'ouverture. Mais sa défense est très solide, et sa lourde armure compense ses défauts. Il a de nombreux avantages que n'avaient pas ses apprentis. Je vais devoir faire très attention...

Et soudain il me bloque. Il ne se contente plus de me dévier, il me pare et en profite pour me repousser avec la Force. Il enchaine aussitôt avec un saut qui aurait pu m'embrocher si je n'avais pas roulé sur le côté au dernier moment. ça y est, il s'est repris.

- Tu croyais vraiment avoir une chance? Imbécile! Je suis un Dark! Un futur membre du Conseil Noir! Tu n'es rien face à moi!

Je suis un vieillard en vie, et lui un futur cadavre. Il porte un titre qu'on lui a donné, et il en est fier comme s'il l'avait gagné. Il est vide, comme la plupart des Sith de l'Empire. Mais je ne le lui dit pas. Qu'il se pose des questions sur mon refus de répondre. Je l'ai étudié, j'entrevois comment il va réagir. Plus je le frustrerai, plus ce sera à mon avantage.

Mais il y a une chose que je ne peux pas lui enlever. Il est un très bon combattant. Un grand guerrier. Meilleur que moi. Pour le tuer, ce n'est absolument pas le terrain que j'aurais choisi. C'est mon tour de perdre du terrain. Il est plus jeune que moi, se fatigue moins vite. En ce moment, je ne fais que gagner du temps. Une autre ouverture va-t-elle arriver? Puis-je le prendre en défaut? Je n'ai jamais eu l'occasion d'étudier son style de combat. Aurais-je tout le temps d'en prendre la mesure? D'en étudier les défauts et de le retourner contre lui?

Non, je ne pourrai pas. Même le sol se retourne contre moi. Je trébuche dans une ornière et m'effondre au sol. Morach se jette sur moi et m'immobilise. Mais ce n'est pas son sabre laser qu'il brandit pour m'achever. Seulement son poing ganté d'une armure noire. Je l'ai suffisamment cherché pour qu'il veuille en savoir en plus. Pour ça, il est en position pour me capturer. Et après m'interroger. Avant qu'il ne m'assomme, je jette un coup d’œil dans la direction d'Arrakel. Le mandalorien a jaugé la situation et bas en retraite. Comme nous en avons convenu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Dim 8 Juil 2012 - 23:29

Je me réveille suspendu à une armature métallique, accroché par les poignets et les chevilles. Mon champ de vision est principalement envahi par le sol, mais il y a aussi des bottes et même quelques bouts de pantalon. Je ne passe pas ma vie à regarder le monde sous cet angle, mais il n'est pas difficile d’identifier où je suis. Quelques mèches de cheveux gris-blancs me retombent sur les yeux. On m'a enlevé mon masque, qui les retient habituellement en arrière. Je n'aime pas ça, mais Morach a été choisi parce qu'il n'a pas les contacts nécessaires pour que voir mon visage lui soit utile.

Il sait que je me suis réveillé. La charpente qui me retient pivote, me redresse. Je me retrouve rapidement face au visage rouge et aux barbillons de mon geôlier. Il y a des visions plus agréables pour le réveil. Mais j'ai aussi connu pire. Cela importe peu. Deux soldats gardent la porte. Je visualise très bien les couloirs qui se trouvent derrière. Les cachots d'un croiseur impérial sont toujours au même endroit, donc les mêmes agencements aux alentours et peu de différences possibles dans leur aménagement. Derrière Dark Morach se tient un assistant-bourreau, un technicien qui cache son visage derrière un demi-masque. Il ne compte pas, il n'est qu'un corps, avec aussi peu de volonté et d'initiative qu'un bras ou qu'une jambe. Une seule personne compte face à moi, brandissant le masque qu'il m'a arraché. Maintenant va pouvoir commencer le duel.

- Pour qui travailles-tu? Pour qui as-tu essayé de me tuer?

Je ne réponds pas, je me contente de pencher la tête sur le côté. Qu'il est laid! Et pourtant... Autrefois, les massassis étaient un peuple que le côté Obscur avait modifié. S'accoupler avec quelques Jedi avait adouci certains de leurs traits. Mais c'était surtout pour que les autres prennent certains de leurs traits, s'affilient plus... Après la Grande Guerre de l'Hyperespace, dans ce nouvel Empire qui s'est formé, cela s'est accéléré. Ceux qui se font appeler des sang-purs, quelle ironie, ne sont plus que des humains à la peau rouge. Trop peu ont encore ces appendices le long de la mâchoire. Morach en a. Mais s'il avait vécu lors de l'ancien Empire, il n'aurait jamais été qu'un subalterne indigne de cirer les pompes des candidats au titre du Seigneur Noir. Pourtant, il est haut placé dans l'actuel Empire. Que les choses vont mal pour les Sith!

- Réponds! Pour qui travaille-tu!

Devant mon mutisme, il fait un geste vers son assistant. Un choc électrique traverse mon corps. C'est tout? Je m'attendais à ce qu'il commence plus haut. ça va être facile de gagner du temps devant un tel amateurisme.

- Tu es un vieillard, et pourtant tu n'es entré sur Korriban qu'il y a une poignée d'années. Tu ne vaux rien dans le côté Obscur. Comment as-tu pu imaginer un instant pouvoir me vaincre?

Depuis combien de temps suis-je prisonnier? Quelques heures sûrement. Je n'ai pas pu être inconscient plus longtemps. Le croiseur devait déjà être en route quand je suis arrivé dans le système. Maintenant, il faudrait pouvoir calculer combien de temps je vais devoir attendre.

- Ton mercenaire a fui! Tu n'as aucun secours à attendre!

Oh si! Arrakel est fidèle, et pas seulement aux crédits. J'aime utiliser des naïfs, ils sont plus faciles à contrôler. Même si Arrakel est l'un des plus pragmatiques du lot, il appliquera le plan pour me récupérer. D'ailleurs, il n'y a même pas besoin de poser la question. ça fait partie du protocole prévu. Reste à attendre que tout se mette en place.

- Réponds!

Une nouvelle décharge me traverse le corps. Plus puissante, celle-ci a réussi à me secouer. Mais j'ai déjà encaissé bien pire. Et une seule source de douleur... Quel manque d'originalité...

- Ton corps est fragile. Mais je saurai prendre mon temps pour ne pas te faire franchir l'ultime limite.

Pas si fragile que ça. Et prends ton temps, ça m'arrange vu ton manque d'éducation sur le sujet. Mais il mérite bien une pique pour lui apprendre.

- Si jamais tu me tuais trop tôt, mon fantôme reviendrait pour détruire. Je déchaînerais un pouvoir tel que tu ne l'imaginerais pas dans tes rêves les plus fous. Tu n'es qu'un pion sur mon jeu, et tu ne réalises même pas ta place.

Il recule, choqué. Il n'attendait pas cette réponse. J'ai atteint mon but. Je le regarde repousser son assistant loin de la console de commandes pour me torturer lui-même. Enfin une douleur qui en vaut la peine. Je ne peux réprimer un cri de douleur. Mais s'il regardait vraiment au fond de mes yeux, il y lirait de l'extase. La douleur augmente ma colère, ma fureur. Qui nourrissent ma passion. Par ma passion, j'ai la puissance. Par la puissance, j'ai le pouvoir. Et quand je le relâcherai... Non, Morach, tu ne sais rien de ce qui se passe ici.

- On fait moins le fier, hein?

J'étends mes sens dans la Force. Je suis l'ombre qui s'abat dans cette salle de tortures. Je suis la cause du malaise des deux gardes, de la sueur qui coule sous leurs casques. La pas de recul de l'apprenti-bourreau. Et à aucun moment Morach ne cherche à contrer mon influence. Est-ce qu'il réalise au moins ce qui se passe autour de lui?

- Tu as un message. Il t'arrive de consulter ton communicateur de temps en temps?

Il se détourne, mais pas avoir de m'avoir infligé une nouvelle décharge. Je ne crie pas cette fois. L'hologramme d'un officier de passerelle apparait au dessus du communicateur. Il semble inquiet.

- Seigneur Morach! Un croiseur vient de sortir de l'Hyperespace! Nous sommes attaqués!

- Quoi? Un seul croiseur? Et ça te pose problème? Petit Morach, gamin, tu serais venu sans ta flotte? Sans ta principale force, si ce n'est la seule?

- Silence! Dis-moi, comment as-tu fait pour t'allier à la République? Il y a une rumeur à ton sujet comme quoi tu serais un infiltré. Serait-ce donc ton commanditaire?

- Seigneur Morach... Ce... Ce n'est pas la République. c'est un croiseur impérial. Ils se sont identifiés comme étant le Khi... le Ker... des sombres Yks...

Arrakel a fait vite. Parfait! Plus qu'un mouvement et...

Le croiseur de Dark Morach tangue soudainement. Premier contact avec le croiseur du Kheir? Ou une bombe posée à bord par mon mercenaire mandalorien personnel? Peu importe, les deux sont prévus de toute façon. Tout s'est déroulé à la perfection, comme je l'avais prévu en décidant de m'en prendre à Morach. Il n'y a que cette séance de torture qui s'est révélée décevante. Il n'a pas assez insisté, ne m'a pas offert suffisamment de moyen d'augmenter ma passion. Mais ce qu'il m'a donné suffira. Par la passion, j'ai la puissance. Par la puissance, j'ai le pouvoir. Par le pouvoir, j'ai la victoire. Par la victoire, mes chaînes se brise. La Force me libèrera. Mes menottes explosent sous la pression que je leur inflige. Certains sorciers sont capables de léviter grâce à leurs éclairs. Ce n'est pas mon cas, mais j'en donne l'impression en me dégageant et en préparant mes forces pour la dernière bataille qui commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Dim 15 Juil 2012 - 0:44

La foudre frappe l'apprenti-bourreau de plein fouet. Il est propulsé et cloué contre le mur. Il découvre ce qu'est la douleur qu'il inflige à ses victimes. D'ailleurs, la paroi est métallique, et le métal est conducteur. Le contrecoup vient lui brûler de dos. Il avait un petit potentiel dans la Force autrefois. Mais un manque de formation et d'utilisation l'a complètement atrophie. Quand il a commencé ce travail, il devait être capable d'opposer une certaine résistance quand il avait affaire à un utilisateur de la Force. Aujourd'hui, il n'est plus qu'une marionnette que je peux manipuler à ma guise. Une torsion du poignet, et la Force lui brise la nuque. Je me suis bien nourri de sa peur et de sa douleur.

Les deux gardes en faction commencent à me viser, mais ressentent un malaise dès que je tend le bras vers eux. Ils ne peuvent pas comprendre ce qu'il leur arrive, mais les effets sont rapidement visibles. J'aspire leur énergie vitale, leur lien avec la Force. Je les vide et me remplis pour mieux me soigner. Ils tirent, mais son trop affaiblis pour m'atteindre. Je n'ai même pas besoin d'esquisser une esquive. Plusieurs coups passent, mais n'abiment même pas mes vêtements. Pendant ce temps, je ne quitte pas Dark Morach du regard. En celui-ci envisage enfin de regarder le gouffre qui nous sépare d'un autre angle.

Cette pièce n'est pas adaptée au combat. Il serait beaucoup trop rapproché. Je pourrais envoyer mes décharges à bout portant alors que lui n'aurait pas la place de prendre son élan. Il est stupide, mais ça ne veut pas dire qu'il n'a pas quelques talents au combat. La porte s'ouvre pour le laisser passer. Une nouvelle explosion retentit, bien trop proche pour avoir été causée par autre chose qu'une bombe. Je ramasse mon masque, tombé au sol. Morach a encore mon sabre laser à sa ceinture. Abandonnant trois cadavres, je pars à sa poursuite.

Il croit certainement avoir l'avantage car il s'agit de son vaisseau et qu'il le connait par coeur. Mais c'est un croiseur standardisé. Les couloirs sont les mêmes, quand on en a vu un on les a tous vu. Même avantages, mêmes défauts. Mais il est si facile de rendre différent ce que l'on croit commun. Arrakel avait pour mission de placer ses bombes en certains points stratégiques. Les lumières qui s'effondrent par intermittence rendent les lieux plus sombres, dissimulent certains embranchements. Morach commence à réaliser qu'il en a manqué un. Je dénude un panneau en j'envoie des éclairs courir sur les fils. Des portes viennent se fermer à proximité. Ma proie est piégée.

- ça ne peut pas être! Je suis un seigneur de l'Empire!

Mon sabre laser s'arrache de sa ceinture et et vole dans ma direction. Morach ne fait même pas un geste pour le retenir. Cette fois, je vais lui donner une réponse.

- Et moi un seigneur Sith!

- Quoi?

Il ne comprend pas la différence. Il n'est pas équipé pour. Et c'est pour ça qu'il va mourir. Je renfile mon masque. Il est temps d'en finir.

- Je peux encore tout arranger. Il me suffit de te tuer.

- Essaye.

- Je t'ai déjà battu! J'aurais dû te tuer cette fois! Je ne ferai pas la même erreur.

- Et si je t'avais laissé gagner, incapable?

Il doute. Est-ce que je dis vrais? Je n'avais aucun intérêt à l'éliminer, dans ce trou perdu où personne n'aurait jamais retrouvé son corps. Cette mort aura bien plus de retentissement. Et ce ne sera pas moi que l'on accusera, mais le Kheir. Ce sera à eux de gérer les conséquences qui vont retomber. Si quelqu'un est d'humeur à venir en chercher. Personne ne réalisera qu'il sera mort en réalité parce qu'il dérangeait d'autres de mes alliés. J'active les deux lames de mon sabre laser et je charge.

Un éclair vient frapper Morach en pleine poitrine. Mais il conserve assez de lucidité pour activer son sabre laser et parer le coup qui suit. Je ne m'en préoccupe pas et j'enchaine. Il est troublé. Il se demande toujours si j'ai dit vrai. Il est perturbé par ce qui se passe sur son vaisseau. Ce qui est arrivé dans sa salle de torture lui emmène d'autres questions. Tout cela le distrait, qu'il en soit conscient ou pas. Il n'est pas totalement concentré sur moi, et j'en profite jusqu'au bout. Lorsqu'il commence à se reprendre, je deviens invisible et recule hors de portée.

La foudre retombe et brûle le dos de Morach. Il se retourne dans ma direction, mais j'attaque de nouveau. Ses mouvements sont ralentis par un sortilège. Je traverse sa garde à trois reprises, mais sa lourde armure protège ses organes vitaux. Une nouvelle décharge l'oblige à reculer. Ses yeux fuient, cherchent une issue. Mais il est acculé contre la porte coupe-feu, et pour l'atteindre l'autre côté il doit me passer. Je lui bouche son champ de vision, et je vois du désespoir se rajouter à ses problèmes de concentration.

Son armure a quelques défauts, dont un sur son avant-bras. Je frappe, juste en dessous du coude. Et voilà Morach désarmé. Il me lance un regard surpris, son dernier. J'ai continué sur mon élan, ma seconde lame se dirige maintenant vers son cou.

- Pourquoi?

Il n'aura jamais de réponse. Il n'a jamais été assez important pour ça.

Quelques tirs de blasters se font entendre. Feu Dark Morach a des renforts qui arrivent. Trop tard. Je me retourne vers eux et avance. Sauf qu'un missile vient exploser au beau milieu du groupe. Des blasters mandaloriens viennent achever les survivants. Je rejoins Arrakel, ne m'occupant que d'un seul de ces soldats inutiles.

- Tout est fini. Partons maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Finris
Seigneurs
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : Pays catalan

Holonet Sith
Classe: assassin sith
Rang :
Apprenti:

MessageSujet: Re: L'assassin   Mar 31 Juil 2012 - 16:34

Me revoici entre les statues menaçantes du Kheir des Sombres Iskhys. Et me revoici devant Phobias, l'apprenti représentant le Cercle Noir. Il semble particulièrement en forme aujourd'hui. Si j'en crois les rumeurs que j'ai entendu en arrivant, il serait pressenti pour intégrer prochainement les rangs du Cercle Noir. Sans même exécuter son maître avant? Certaines choses sont parfois bizarres dans l'Empire. Est-ce qu'il essayerait de tester ce nouveau statut? Non, il finit par briser le silence avant qu'il ne devienne pesant.

- Le Cercle Noir vous félicite pour vos actions. Vous avez réussi à augmenter l'influence du Kheir. Comme vous l'avez dit, la mort de Dark Morach a créé un vide que nous avons rempli avec facilité. Ses officiers ne sont pas encore affiliés à la guilde, mais le Cercle Noir demeure l'instance dominante de son secteur. Bientôt, rien ne s'y passera plus sans l'aval de Dark Tifa ou de Dark Phenhor. Le KSI monte clairement en prestige !

Il ne dit rien que je ne sache déjà. J'avais tout calculé dans ce sens. Arrakel disait que ce serait simple d'éliminer Dark Morach. Mais le tuer n'a jamais été important. Tout était dans la manière pour que le Kheir puisse prendre la mise. Mais ce n'était qu'une partie du plan. Le reste... Non, il vaut mieux qu'ils n'apprennent jamais. Même mes autres alliances doivent rester des cartes dans ma manche. L'échiquier est toujours en mouvement. Et les pions ne doivent apprendre leur place dessus qu'au dernier moment. Tout n'est qu'une succession de mouvements contre d'autres joueurs.

- Le Cercle Noir est d'avis que vous méritez une récompense pour vos efforts. Faites juste gaffe à ce que vous dites, ils sont à cran en ce moment...

Je fais toujours attention à la moindre parole. C'est nécessaire quand on marche continuellement sur le fil du rasoir. Pourquoi tant d'impériaux ne le réalisent-ils pas? Et un vrai Sith est toujours à cran. Comment faire autrement quand la différence entre allié et ennemi et aussi floue?

- Ils vous attendent. Vu la qualité de votre service, je pense que c'est pour une nouvelle mission.

Oui, il y aura d'autres missions. Que eux décideront, ou que je viendrai rajouter. Le Kheir des Sombres Iskhys est sur mon échiquier. La partie que je joue va les comprendre. Il est temps d'avancer pour que nos buts communs deviennent de plus en plus intéressant. Le Cercle Noir est prêt à m'entendre. Les prochains mouvements vont pouvoir commencer...



merci à Phobias d'avoir retouché ses dialogues pour mieux correspondre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'assassin   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'assassin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'assassin sous la loupe
» Assassin's Creed 2
» [Bit TV] ACTU GAME TEST Assassin's Creed 2.
» Procès de l'assassin de la duchesse Zeroukay
» [Achat]Dague de l'assassin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kheir des Sombres Iskhys :: Quartier Général :: Missions Galactiques-
Sauter vers: